physiologie

Si … alors …

Et vous, avez-vous déjà essayé la cohérence cardiaque ?

Rakicevic nenad

Rakicevic Nenad

« Si je dors davantage chaque nuit, alors je serai plus épanoui dans ma vie professionnelle et familiale. » « Si je m’endors plus vite que mon mari, alors je dormirai paisiblement sans être dérangé par ses ronflements. » « Si je dors d’une seule traite la nuit prochaine, alors je serai dans de bonnes dispositions pour ma séance de sport du lendemain. » « Si les enfants ne me réveillent pas cette nuit, alors je serai bien concentré pour ma réunion de demain avec mon manager. » Si …, alors… Avez-vous déjà remarqué, comme Srikumar Rao, combien le modèle « si…, alors… » présente des limites pour trouver un sommeil de qualité ? Par extension, il est défectueux dans la recherche du bonheur. Ce modèle, toujours selon Srikumar Rao, nous apprend à être malheureux, puisque par définition tout ce qui peut être gagné/obtenu/fait peut disparaître. Un sommeil de qualité peut disparaître du jour au lendemain, sous l’effet d’un choc émotionnel par exemple. Puis progressivement redevenir de qualité… Et si la clé était d’accepter le monde tel qu’il est plutôt que de vouloir absolument le changer ? Nos actions sont contrôlables, le résultat est lui hors de contrôle. Ceci étant dit, investissons dans le processus ! Si l’endormissement le soir venu est hors de contrôle, il reste possible de mettre le maximum d’atouts de son côté. Par exemple par un protocole de cohérence cardiaque. La recherche d’une harmonisation des rythmes biologiques pour le bien-être, la santé et le sommeil remonte aux temps les plus reculés. Ainsi, il a été démontré que la récitation de mantra dans le bouddhisme ou du rosaire marial dans la tradition catholique conduit naturellement les sujets vers une plus grande cohérence des rythmes biologiques. Or, une plus grande amplitude et cohérence des rythmes biologiques est associée à de nombreux bienfaits pour la santé, tels qu’un meilleur fonctionnement du système immunitaire ou une réduction de l’inflammation. Le système nerveux autonome régule plusieurs de ces rythmes, et il innerve le cœur par deux voies : une voie parasympathique (nerf vague), associée à la restauration de l’énergie, et une voie sympathique, associée à la mobilisation de l’énergie. C’est l’équilibre de ces deux voies qui détermine l’état de « cohérence », une plus grande cohérence étant associée à une plus grande variabilité de la fréquence cardiaque. Moduler volontairement la fréquence des inspirations / expirations, ainsi que leur durée, permet de tendre vers un plus grand état de cohérence. Alors, si vous souhaitez vous engager dans ce processus passionnant et découvrir nos protocoles de cohérence cardiaque pour favoriser une harmonisation de vos rythmes biologiques et votre endormissement, rejoignez-nous immédiatement !

Mathieu Nedelec, chercheur en sciences, avec une expertise dans les domaines de la récupération et du sommeil. Sylvie Gendreau accompagne des entrepreneurs et des créateurs dans la mise en place de stratégies ingénieuses pour réussir leur vie et leurs projets. Nous lirons vos réponses avec attention et nous vous préviendrons de la publication d'articles ou l'organisation d'activités susceptibles de vous aider à résoudre vos problèmes de sommeil.

Une douche et au lit !

La nuit dernière, plongé dans un sommeil profond délicieux, j’ai été réveillé en sursaut par les cris de mon petit dernier. Après être passé par un sentiment de surprise, désorienté, j’ai ensuite passé de longues minutes, peut-être même quelques heures, à tranquillement le reconduire dans les bras de Morphée. Le tout dans une ambiance la plus obscure possible et en faisant les cent pas dans la maison. Un banal moment de complicité nocturne entre un parent, parfois deux, et leur bébé. Je suis alors interpellé de constater le nombre de fenêtres allumées, et autant de personnes qui veillent, quelle que soit l’heure de la nuit. L’insomnie touche de plus en plus de personnes. C’est une plainte subjective d’un sommeil de quantité ou de qualité insuffisante(s). Le sommeil est non récupérateur avec pour conséquence principale une somnolence dans la journée. L’insomnie peut être caractérisée par des éveils nocturnes, un réveil matinal précoce, ou encore un délai d’endormissement long, voire très long… Vous savez, ces soirées où le sommeil ne vient pas et où tout acharnement se révèle contre-productif… Une latence d’endormissement normale - c’est-à-dire le temps nécessaire pour trouver le sommeil - est inférieure à 30 minutes ! Une revue systématique de la littérature et méta-analyse vient d’être publiée et devrait intéresser toutes les personnes pour qui l’endormissement peut se révéler délicat. Haghayegh et al. (2019) ont en effet montré qu’une douche chaude, un bain de pied, ou un bain chaud (40-42°C), réalisé(e) en soirée soit une à deux heure(s) avant le coucher, et de durée aussi courte que 10 minutes, peut améliorer le sommeil. Une réduction importante de la latence d’endormissement (- 9 minutes en moyenne soit ≈36%), une efficacité de sommeil supérieure et une amélioration de la qualité perçue de sommeil étaient constatées à l’issue de la douche chaude, comparativement à une soirée sans aucune intervention. Ces résultats s’expliqueraient notamment par le fait que l’initiation du sommeil est déterminée par une diminution physiologique de température centrale.  Réaliser une douche chaude une à deux heure(s) avant le coucher facilite la diminution de température au moment de se glisser dans le lit, une diminution qui est favorisée par la dissipation de chaleur au niveau des extrémités (mains et pieds). Voici une méthode simple, économique et non médicamenteuse qui permet de favoriser un endormissement rapide et d’améliorer la qualité de la nuit de sommeil. Sans oublier que le bain chaud est généralement associé à une réduction du stress psychologique perçu… Quand je vous dis que la complexité du sommeil mérite bien une approche interdisciplinaire !

Il s’agit de mon opinion personnelle